Couverture du livre « Fille de fer » de Isabelle Gregoire aux éditions Le Mot Et Le Reste

Fille def er

Isabelle Grégoire

Éditions Le Mot et le Reste

En librairie

Couverture du livre « Fille de fer » de Isabelle Gregoire aux éditions Le Mot Et Le Reste

Merci beaucoup aux éditions Le Mot et Reste pour l'envoi de ce magistral roman noir et de neige.

Mon avis :

Partir pour un nomade, ce n’est jamais fuir, c’est plutôt rester en quête. 

Jean Désy.

« Ma nuit a été courte et les trois cafés n’y changeront rien… La voie ferrée s’est effacée. »

D’emblée l’incipit donne le ton. « Fille de fer »est un roman serré comme un café fort. Virtuose de sensations et de signaux, on pourrait presque dire qu’il s’agit d’un thriller. Eh bien non. L’ ambiance est certes crissante, l’évènementiel vertigineux, mais l’enjeu de ce livre est le dépassement de soi. Bien au-delà,une femme rayonne dans ce livre aux pouvoirs multiples. Marie.

« Fille de fer » est une fiction écologique, évocatrice, féministe et engagée dont la maîtrise est superbe. Nous sommes en transmutation dans le Nord québécois. Marie est conductrice de train minier. C’est la première fois qu’elle conduit un train de plusieurs kilomètres de long, c’est la nuit et elle est seule.

Une tempête se lève subrepticement.

« Dehors, toujours rien d’autre que du blanc, du blanc... »

La solitude pour armure, les pensées qui se chevauchent sur une réalité imprévisible, Maris aime la fuite, soupape de sécurité, « Au bout du monde et au bout du Québec »

Brutalement, le convoi déraille, les wagons se couchent sur les flancs de neige et de torpeur.

« Freins d’urgence appliqués. Fuck ! Je n’avais pas besoin de ça ce soir. Je dois marcher mon train, comme on dit dans le métier : près de cinq kilomètres aller-retour, deux bonnes heures, pour vérifier mes deux cent quarante wagons. »

Marie avance, torche en main, rigoureuse et inquiète. Brusquement elle tombe, «  sa cheville craque comme du bois mort. »

Seule et vulnérable dans le glacé d’une nuit éprouvante, le drame démultiplié. Elle est secourue par un hommeElle ne perçoit que le flou d’une situation périlleuse.

Que faisait cet homme en pleine nuit de tempête en pleine forêt  à mille mille de toutes terres habitées ?

Recueillie par son sauveur, un grand gaillard étrange et énigmatique, dans son manoir gorgé de livres. Ce qui rassure quelque peu Marie. Elle cherche ses repères. Se laisse soigner pour partir plus vite de ce lieu quelque peu sauvage . Elle pressent un hôte secret, aux habitudes de solitaire, aguerri au spartiate et à l’autarcie. De fil en aiguille une relation s’instaure entre « le Géant » et Marie. Néanmoins, elle se questionne sur le silence oppressant de la Compagnie. Pourquoi ne viennent-ils pas la chercher ? Le Géant-Melville reconduit Marie après un long temps de convalescence et l’insistance de Marie qui veut retrouver ses collègues masculins. Son retour est semé de réflexions, de doutes, et de soulagement aussi pour certains d’entre-eux.

Seule femme dans un corpus au pouvoir de virilité impressionnant, dont le machisme est roi. Marie joue des coudes et affronte les coups bas sans baisser les yeux. La camaraderie se compte sur les doigts d’une main. Marie va revoir Melville, un peu, beaucoup, passionnément. Le récit se resserre sur les enjeux environnementaux. Marie transporte du fer. La mine est controversée. Melville est-il véritablement cet homme des bois, tel un ermite ?

Hypnotique, entre une héroïne battante dont on envie sa quête de réalisation, la beauté d’un langage dont on aime l’exploit de transmutation, la nature qui ensorcelle le livre même. L’évasion et la découverte d’un Québec blanc, ici, tout est charme et adrénaline.

Contemporain, sociétal, Fille de fer est magistral et une valeur sûre. Isabelle Grégoire est douée. L’art de faire un roman avec du vrai. Apprendre à se surpasser et briser les carcans et les préjugés. Telle est la clé.

Publié par les majeures éditions Le Mot et le Reste.